Hypertrophie bénigne de la prostate

 Hypertrophie bénigne de la prostate

 

L’on s’excuse pour les Dames, mais, cette fois, l’on s’intéresse spécifiquement aux Messieurs

Passons en revue quelques produits et protocoles naturels particulièrement bénéfiques  (entre autres) pour la prostate de Monsieur:

 

Alanine:

Effet tonique pour le système immunitaire, agit en faveur de prostate hypertrophiée, régule l’équilibre acido-basique, tonifiant pour les tissus musculaires et conjonctifs, tonifiant pour le système nerveux central et le cerveau, énergisation générale de l’organisme.

Acide glutamique:

Améliore la mémoire

Améliore la vivacité d’esprit

Accélère la guérison des ulcères

Augmente notre production en glutathion, anti-oxydant

Protége des dommages biologiques provenant du stress

approvisionne en GABA

Anti -fatigue

Anti -impuissance

Traitement des prostates hypertrophiées

Prévient les spasmes musculaires

Allége les crises de schizophrénie, l’alcoolisme, le désir exacerbé de sucre, comportements inadéquats, soulage les hypoinsuliniques, Fabrique un facteur de tolérance au glucose (GTF ou FTG), Soulage le pancréas, protége des effets indésirables provoqués par les radiothérapies, approvisionne en glutamine.

Cystéine:

Approvisionne les malades chroniques en cystine qui leur manque habituellement  protége des radicaux libres provenant de l’environnement, protége des polluants dans l’environnement, protége les poumons, protége contre les effets des rayons ultraviolets UV

Prévient des cataractes induites par les rayonnements UV, prévient l’hypertrophie de la prostate, approvisionne en soufre organique; les végétariens particulièrement précurseur prolifique en glutathion, lequel:

– ralentit les manifestations de sénescence attribuables aux radicaux libres;

– prévient et soulage de, l’obésité, la dépendance à: l’hyperactivité, l’alcool , le sucre, la caféine, les allergies, l’arthrite (induite par des radicaux libres), les cancers: poumons, peau, prostate, vessie;

– défait les endométrioses, provoque la résorption des fibromes utérins et mammaires, augmente ou induit la production d’insuline et de chymotrypsine, diminue les besoins en insuline par le facteur de tolérance au glucose FTG (GTF);

– facilite l’assimilation du tryptophane et de la tyrosine,

– assouplit les cheveux et la peau,

– accélère la guérison des brûlures et des plaies postopératoires, contre la fatigue de type hypoglycémique,

– protège le foie et le cerveau de l’acétaldéhyde provenant de l’alcool, de la fumée ou de drogues,

– traite l’arthrite rhumatoïde et l’ostéoporose,

– élimine les surplus de cuivre,

– favorise le métabolisme des graisses en muscles,

– défait le mucus des voies respiratoires (cataboliser),

– défait les désordres mutagènes;

– favorise la santé cellulaire,

– éliminer une carence en cystine.

 

Glycine:

Tremblements, obésité, hyperactivité, alcool, allergies, arthrite, préservation santé du pancréas, prévention épilepsie, anti acide, soulagement incontinence urinaire, retour à la normale d’une prostate hypertrophiée, augmentation quantité hémoglobine.

L’acide gamma-amino-butyrique (GABA): C’est un neuro-transmetteur inhibiteur, qui est synthétisé par l’organisme à partir du glutamate. Avec les années, sa concentration diminue. Cet acide aminé est utilisé par le cerveau pour favoriser le calme et la tranquillité en aidant à neutraliser les effets excitants du glutamate. En d’autres termes, le GABA est l’arme-clef du cerveau pour lutter contre le stress.

Des études montrent que le GABA:

– exerce, 60 mn après son administration, un effet relaxant tout en réduisant l’anxiété chez des volontaires en bonne santé en condition de stress. Dans le même temps, il renforce leur immunité affaiblie par le stress;

– favorise la relaxation et le sommeil: contrairement aux nombreux somnifères qui ciblent les récepteurs du GABA, ce dernier n’entraîne ni somnolence diurne ni risque d’accoutumance. En réduisant l’anxiété, il favorise un profond repos compensateur;

– combiné à l’inositol et au nicotinamide, il exerce des effets bénéfiques sur l’humeur en empêchant l’anxiété et le stress d’atteindre les centres moteurs du cerveau;

– associée au stress, la douleur chronique peut abaisser les niveaux du GABA. Sa capacité à réduire le stress suggère que le GABA pourrait diminuer l’intensité de la douleur;

– a des effets bénéfiques chez des patients atteints d’épilepsie qui ne répondent pas aux traitements conventionnels;

– améliore les performances cognitives de singes âgés.

– soulage les prostates enflées.

 

Voyons, maintenant, les conseils permettant de minimiser les troubles liés à l’hypertrophie de la prostate:

  • Boire beaucoup dans la journée pour laver la vessie et prévenir les infections. Inversement, boire peu le soir pour éviter d’avoir à se relever trop souvent la nuit.
  • Ne pas se retenir trop longtemps lorsque le besoin d’uriner se fait sentir.
  • A noter que le café, l’alcool, les épices, la moutarde stimulent la diurèse (fabrication des urines) et irritent la vessie.
  • Manger de préférence des fruits, des légumes et des crudités pour leur apport en antioxydants.

Prendre aussi des acides gras polyinsaturés oméga 3 et 6 (colza, noix, olive, onagre, poisson), qui stimulent la fabrication de prostaglandines précurseurs d’anti-inflammatoires naturels. Le soja aussi serait bénéfique pour la prostate. En revanche, les viandes sont à limiter, parce qu’elles favorisent le développement de l’HBP.

La lutte contre le stress est indispensable, car il aggrave les troubles urinaires.

Le froid, comme le port d’une charge lourde, aggravent aussi le besoin d’uriner.

La marche, l’activité physique et les relations sexuelles seraient en revanche bénéfiques. Alors que le vélo et l’équitation compresseraient la prostate et seraient délétères.

Lors de la miction, il est conseillé de prendre son temps pour s’assurer de bien vider totalement sa vessie. Selon les personnes, la miction en position assise peut faciliter les choses par rapport à la position debout.

Attention, la prise de certains médicaments peut aggraver les symptômes: antihistaminiques, sédatifs, diurétiques, neuroleptiques, antidépresseurs, etc. Traiter dès les premiers symptômes est conseillé car il est plus difficile de faire régresser des troubles installés, du fait de la survenue de phénomènes de sclérose. Le traitement dépendra des symptômes, de leur intensité,  de l’âge de la personne et de son état général.

 

Autres produits naturels bénéfiques:

Le Serenoa repens ou palmier nain. (Permixon) Il limite la fabrication de la dihydrotestostérone, et la prolifération cellulaire prostatique. Il a aussi une action anti-inflammatoire.

Le Pygeum africanum, ou prunier d’Afrique (Tadenan), qui freine la prolifération cellulaire, notamment des fibroblastes responsables de la sclérose.

 

Pépins de courge et de citrouille;

 

 Racines d’orties;

 Pollen de fleurs,

 Anti-oxydants (co-enzyme Q10, vitamine E et vitamine C, sélénium…), le magnésium, le zinc, le lycopène et la vitamine D;

 Bromélaïne;

 Extraits de melon (SOD) et germanium, organique ou ionique.

 Formule de l’abbé Chaupitre 82: 5 gouttes sous la langue avant les 3 repas.

 Homéopathie, avec notamment: Thuya 9 CH (1 dose le dimanche), Rana bufo 4 CH et Prostate 7 CH (3 granules deux fois par jour) et contre les troubles urinaires: Belladona 5 CH et Myristica 5 CH (3 granules de chaque 2 à 3 fois par jour).

 Epilobe à petites feuilles.

A noter également que, tout comme l’ortie, l’épilobe est aussi réputée bénéfique pour la chevelure.

 

Autres soins naturels bénéfiques:

Auriculothérapie

 EFT; etc.

 

A noter aussi que la Doctoresse Clark explique qu’une prostate qui enfle est une prostate remplie de parasites et de polluants. D’où la nécessité, là encore, de déparasiter et de dépolluer.

Enfin, incontournables dans le soin de l’hypertrophie de la prostate: Zinc et Sélénium, l’un pris le soir et l’autre le matin, car pris ensemble ils seraient incompatibles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *