La toxicité du mercure et son remplacement par de la résine sans danger

Le mercure toxique
 
Le mercure est généralement reconnu comme fortement toxique et même neurotoxique. La preuve, il existe, afin de ne pas polluer l’environnement, des containers spéciaux, dans les super-marchés, pour recueillir les piles et lampes usagées à base de mercure. Sauf que, en France, cela n’est pas encore une évidence pour tout le monde qu’il ne faut pas – à moins de les considérer comme des poubelles à métaux lourds! – en mettre dans les bouches des patients des dentistes.
Et ce d’autant moins que, depuis plusieurs décennies, existe une alternative saine et sans risques. Il s’agit des «composites», à base de résine. Ils conviennent parfaitement pour soigner les caries. Et, en plus, leur couleur est beaucoup plus proche de la couleur naturelle de la dent!

Les amalgames au mercure ne sont pas plus efficaces ou durables que les composites. Ils sont juste plus faciles à poser pour les dentistes! Mais ils ne présentent aucun intérêt pour les porteurs de caries dentaires. Ils peuvent juste les rendre malades, séniles ou fous!
En Scandinavie (Norvège, Suède, Danemark), voici déjà quinze ou vingt ans que l’on ne pose plus d’amalgames à base de mercure. Là encore, la France est très en retard. Mais ce n’est pas parce que cela n’est pas {encore} interdit en France que les Français sont obligés de se laisser polluer avec du mercure, alors qu’une alternative non toxique existe, et qu’elle n’est pas plus chère!
Il suffit juste d’être ferme avec son dentiste. Ou de changer de dentiste! Ne vous laissez plus poser un seul amalgame au mercure!
D’ailleurs, de logique manière,  ce sont les dentistes et leurs assistant(e)s qui sont les plus pollués au mercure; c’est eux qui en subissent les plus grands préjudices. Ils se porteraient bien mieux en n’ayant pas besoin de manipuler du mercure!
Beaucoup de gens se portent mieux après la dépose de leurs amalgames, mais la toxicité du mercure ne se répercute pas chez tout le monde de la même manière. Certains s’en sortent plutôt bien. Donc, si l’on se sent malade, l’envisager, oui, mais ne pas l’entreprendre à la légère!
La dépose d’amalgames pour des personnes intoxiquées au mercure (avec des symptômes de fatigue chronique, fibromyalgie ou autres symptômes non clairement élucidés) doit se faire avec beaucoup de précautions, car si elle est mal faite, elle est une occasion réitérée de forte pollution au mercure!
Le Docteur Jean-Jacques Mélet, à qui Françoise Cambayrac rend hommage dans son livre « Vérité sur les maladies émergentes » et « Maladies émergentes, comment s’en sortir? », a fondé l’association « Non au Mercure Dentaire » (NAMD) avant d’être, selon sa propre expression, « broyé » par l’ordre des médecins.
Le Docteur Jean-Jacques Melet, a soigné un certain nombre de patients, mais n’a pas réussi à faire reconnaître le bien-fondé de ses travaux et découvertes; en butte non seulement à l’incompréhension mais à l’hostilité croissante du corps médical et de ses pairs, il a fini par sombrer dans le désespoir, de sorte qu’il a mis fin à ses jours le 31 Août 2005.

Est-il mort pour rien? Non! Françoise Cambayrac, sa patiente reconnaissante, écrit:
« J’aimerais qu’il ne soit pas mort pour rien! Mon propos est de faire connaître à tous, médecins désinformés, parents abusés, dentistes en danger, thérapeutes de tous horizons, ce que le Docteur Melet, qui avait 15 ans d’avance sur les chercheurs de son temps, n’a pas pu, n’a pas su et n’a pas eu le temps de communiquer. Ou, plutôt, ce qu’on n’a pas voulu qu’il dise…. »

« Faire connaître à tous ce que l’on ne dit pas concernant les soins dentaires et pourquoi on ne le dit pas. Expliquer comment le Docteur Melet soignait ses patients, avec une démarche médicale énergique et prudente à la fois, comment il m’a guérie moi et toute ma famille: 3 générations! Mes 3 enfants, mon petit-fils, mon mari et moi: six personnes! Une famille entière a retrouvé la santé, le sourire et la joie de vivre… Je lui dois tout! J’ai tout appris de lui, je lui dois bien un livre… »

« Tenter de transmettre son héritage au corps médical et aux malades, vous exposer ce que je sais de ses recherches, vous donner les outils pour un dépistage sérieux et une dépollution efficace, vous aider à déjouer les pièges tendus par les faiseurs de royalties embusqués sur vos chemins, est l’objectif de cet ouvrage. »
 
En savoir plus:
Non au mercure dentaire

Maladies émergentes, comment s’en sortir?