Protéger sa santé par un mode de vie et une nourriture appropriés

.
Se prémunir de la maladie
par un mode de vie sain
et une bonne nutrition

Vivre à la campagne et le plus possible en plein air (dehors) et au Soleil. Vivre en altitude est aussi vivement recommandé. C’est bon pour la santé.

Manger des légumes et des fruits avec un minimum de préparation, accomodés le plus simplement possible, avec une bonne proportion de crudités. Manger des légumes achetés sous la forme la plus brute possible, de saison, et si possible du terroir, en évitant les cuissons à haute température (surtout le barbecue et les fritures sont malsains). Les diverses variétés de choux, le cresson, les radis et les légumes-feuilles (salades, épinards, blettes) sont à privilégier.

Fortement limiter sa consommation carnée. Si l’on n’est pas encore prêt pour une nourriture totalement végétale (ce qui est fréquent dans les pays occidentaux) se limiter, dans un premier temps, à la viande blanche, c’est-à-dire principalement aux animaux à deux pattes, donc la volaille (le lapin fait, toutefois, aussi partie de la viande blanche).

En cas de nourriture carnée, choisir des viandes et des poissons de bonne qualité, si possible sauvages, ou au minimum élevés dans des conditions de vie respectueuses, c’est-à-dire naturelles pour eux (poules laissées en liberté avec la possibilité de picorer, bétail en pturage, poissons provenant de la faune sauvage).

Limiter la consommation de nourritures et de boissons qui n’existaient pas il y a des milliers d’années: sodas, céréales raffinées, acides gras trans, bonbons, biscuits salés et sucrés en tous genres, plats préparés avec toutes sortes d’additifs tels que les exhausteurs de goûts, les colorants, les conservateurs, le glutamate, etc.

Prendre de la Vitamine C tous les jours.

Assurer l’approvisionnement du corps en Vitamine D par une exposition régulière au Soleil pendant la belle saison et la prise d’un complément alimentaire approprié (1500 IU par jour de vitamine D3) pendant la période sans {suffisamment de} Soleil (soit, sous nos latitudes tempérées, d’octobre à avril).

En fonction de la Loi du Mouvement, qui s’impose à toute la Création, faire régulièrement de l’exercice physique en quantité suffisante (de préférence, un peu tous les jours, par exemple une demi-heure par jour). Il est établi que les sportifs meurent nettement moins de maladies cardiaques et de cancers que la population générale. La diminution du cancer est de 40 % par rapport à la population générale et de 27 % pour les maladies cardiaques. C’est donc important.

Réduire sa consommation en huiles riches en oméga 6 (maïs, tournesol) en privilégiant les huiles riches en oméga 3 (contenant de l’EPA et du DHA) comme huile d’olive, huile de noix, huile de colza, bien sûr, biologiques, vierges et de première pression à froid.

Manger des petits poissons gras: anchois, sardines, harengs et maquereaux, qui sont les meilleurs pour la santé, grce à leur haute teneur en EPA et DHA, deux oméga 3 (les grospoissons sont souvent pollués aux métaux lourds).

Manger du cacao cru anti-oxydant et boire un ou deux verres de bon vin rouge par jour (pas plus!).

Boire du thé vert anti-oxydant (3 tasses par jour, bien sûr ne pas y ajouter de sucre blanc).

Eviter au maximum les contacts avec les produits chimiques, que ce soit dans l’environnement (épandages d’herbicides et de pesticides, pollution atmosphérique), dans la nourriture et les vêtements, dans les intérieurs (vernis, détergents, parfums chimiques, peintures…).

Optimiser ses apports en magnésium, potassium, vitamines, anti-oxydants, oligo-éléments (il est possible de prendre un bon Multi-Vitamines tous les jours).

Veiller à la qualité de sa digestion et à avoir un appareil digestif sain en consommant des fibres prébiotiques et des probiotiques (aliments fermentés). En cas de besoin: Irrigation côlonique et lavements sont de mise.

Apprendre à respirer profondément (en privilégiant l’expiration), réduire son niveau de stress, adopter une bonne posture, vivre au calme et pratiquer une activité physique régulière en plein air et au Soleil (marche en montagne ou en forêt, si possible bains de mer ou de rivière).

Cultiver son jardin (légumes, fruits, fleurs), avoir un animal domestique (chat, chien) et bien en prendre soin. Eviter, toutefois, autant que possible, de les laisser entrer partout dans l amaison (à cause des parasites).

Soigner son moral: faire des choix de vie conjugaux, familiaux, éducatifs, professionnels qui apportent un réel équilibre sur le long terme. Avoir des activités spirituelles, artistiques, sociales, humanitaires, qui favorisent l’épanouissement intérieur.

Entretenir un fort réseau d’amis, soigner ses relations avec ses proches, ses voisins, ses collègues et, bien sûr, les membres de sa famille; la qualité du réseau social est l’un des principaux facteurs de longévité et de chances de survie en cas de cancer (voir « The Bind » [« Le Lien »] de Pauline Mac Tagghart).