La Respiration Libératrice – Lorsque l’Oxygène rend possible la digestion des expérineces nn encore assimilées

 
La Respiration Libératrice
 
Outre de stimuler l’esprit dans sa croissance et son évolution, les expériences joyeuses et positives ne peuvent que faire du bien aussi aux différentes enveloppes, dont le corps physique terrestre. C’est promoteur à tous égards.
Les expériences douloureuses et négatives peuvent aussi réveiller et stimuler l’esprit en l’obligeant à déployer ses facultés pour surmonter l’adversité, mais, si les cycles ne sont pas bouclés, elles peuvent aussi laisser des traces négatives dans les enveloppes jusque dans le corps physique, continuant indéfiniment à influencer négativement la personne concernée.
Ceci se produit lorsque la personne a refusé l’expérience vécue qui se présentait à elle: elle ne l’a pas acceptée. Du coup, cette expérience, au lieu de seulement traverser le corps sans y stationner (principe du «corps en résonance»), est restée bloquée ou «enkystée» en lui. Le cycle n’a pas – comme il l’aurait fallu – été bouclé dans le même genre de matière que là où il avait commencé.
Des mémoires toxiques – souvent qualifiées de «cellulaires» – sont ainsi restées stagnantes dans le corps. Elles continueront à inconsciemment et négativement influencer son fonctionnement jusqu’à ce qu’il en soit enfin définitivement libéré. Ceci ne peut se produire que d’une seule manière: En acceptant enfin de vivre jusqu’au bout ce qui jusqu’ici ne l’avait pas été.
L’expérience de Respiration Libératrice – combinant l’effet de la Musique trouvant son chemin jusqu’à l’me et même, parfois, l’esprit de l’être humain et celui de l’oxygène – dont la fonction est d’apporter de la Lumière – respiré à dose plus importante – permet enfin, de façon progressive, par une activation plus grande, de boucler tous les cycles encore ouverts (voir la démarche ICCI et REPERE).
Telle est, précisément, la raison d’être des expériences de Respiration Libératrice: Tel un sacrement, l’Oxygène, en tant que comburant suprême, stimule l’activité dans tout le corps, y compris dans l’encéphale – cerveau et cervelet -, et, dans ce corps en éveil et au mental déconnecté, simultanément, la Musique – tout comme les mots «Il était une fois…» commençant une évocatrice histoire -, qu’il s’agisse de joies ou de douleurs, réveille progressivement beaucoup de tout ce qui se tenait encore de vivant dans l’être humain.