Combattre la bactérie Helicobacter pylori

 
Se protéger contre Helicobacter pylori
 
La situation
Dans le monde – c’est-à-dire sur la Terre – l’on considère que la petite bactérie appelée « Helicobacter pylori » coloniserait l’estomac d’un être humain sur deux, donc que l’Helicobacter pylori affecterait la moitié des gens. C’est évidemment considérable, mais qu’elle est l’incidence? La présence de la bactérie n’est pas forcément une catastrophe en soi, mais les chercheurs considèrent aussi généralement que cette bactérie aurait la facheuse capacité de « faire le lit » du cancer de l’estomac, ce qui provoquerait, chaque année, la mort de plus de 600 000 personnes.

 

Le mode d’action d’Helicobacter Pylori

Helicobacter pylori sécrète une enzyme ayant la capacité de sectionner les liaisons attachant entre elles les cellules de la muqueuse gastrique. La préjudiciable conséquence en est que l’imperméabilité de la couche protectrice de l’estomac n’est plus assurée et que la bactérie peut s’immiscer dans les couches les plus profondes où elle libère une toxine, la protéine Cag A, capable de reprogrammer le fonctionnement génétique des cellules pour empêcher le système immunitaire de les détecter! Malheureusement, cette incroyable faculté de Helicobacter pylori dérègle aussi d’autres signaux secondaires associés au cancer.

Généralités sur la flore intestinale et stomacale
La flore intestinale, qu’on appelle aussi microbiote intestinal, est un ensemble de micro-organismes qui logent au niveau des intestins et de l’estomac. Ces micro-organismes jouent un rôle essentiel dans la digestion et la défense de l’organisme, mais certains peuvent s’avérer responsables de troubles tenaces, comme la souche microbienne Helicobacter pylori.

Qu’est-ce qu’une infection à Helicobacter pylori?

Cette bactérie vit exclusivement dans l’estomac humain et c’est la seule connue à ce jour capable de survivre naturellement et de se développer dans un environnement aussi acide. L’on estime que 80 % des ulcères gastro-duodénaux seraient causés par des infections de H. pylori, même si, dans la plupart des cas (70 à 80 %), l’infection ne se manifeste par aucun symptôme. À long terme, cependant, elle favorise de nombreux symptômes, comme la fatigue et l’inconfort gastrique chronique, ainsi qu’une inflammation chronique de l’estomac et d’autres pathologies comme le cancer de l’estomac. On estime ainsi que la bactérie est responsable de 60 à 90 % des cas de cancers gastriques. Selon ces estimations, Helicobacter pylori pourrait donc faire plus de morts par an que les accidents de la route, car le cancer de l’estomac est particulièrement meurtrier. Migraines, maladie de Parkinson, troubles cardio-vasculaires et certaines pathologies immunitaires ont pu également être reliées à l’infection par Helicobacter pylori.

Or, c’est un sérieux problème, car l’on estime que 25 % de la population occidentale et 50% de la population mondiale serait infectée.

Comment savoir si l’on a contracté une infection par Helicobacter pylori?

Pour savoir si l’on a été infecté par Helicobacter pylori, on peut rechercher des antigènes de la bactérie dans les selles, rechercher des anticorps développés contre la bactérie par l’organisme en effectuant une sérologie réalisée à partir d’une prise de sang, réaliser un test respiratoire ou, si le médecin la juge utile, une fibroscopie de l’estomac.

Comment venir à bout d’une infection à Helicobacter pylori?

C’est une souche coriace dont il est difficile de venir à bout: en raison d’une résistance de plus en plus affirmée, elle répond mal au traitement antibiotique, lequel reste cependant la seule approche de la médecine conventionnelle. Elle est responsable de la plupart des brûlures d’estomac, des gastrites et des ulcères gastriques dont la gravité est bien établie. Heureusement, des chercheurs ont récemment découvert les propriétés d’une souche bactérienne, Lactobacillus reuteri, et plus précisément la souche inactivée DMS 17648, isolée et brevetée par la firme allemande Organo Balance. Cette souche microbienne s’avère très efficace pour combattre Helicobacter pylori, et cela sans présenter les risques de la thérapie antibiotique classique. Elle présente la particularité de coaguler dans l’estomac en formant des co-agrégats avec les bactéries Helicobacter pylori, ce qui réduit la charge toxique dans l’estomac et diminue le risque de développement d’une gastrite ou d’un ulcère gastro-intestinal. C’est la seule souche parmi plus de 700 souches différentes de probiotiques reconnue comme étant l’antagoniste spécifique d’Helicobacter pylori.

Quel avantage par rapport au traitement antibiotique?

Une fois la coagulation opérée dans l’estomac, l’agrégat est excrété puis expulsé du corps par le tube digestif. Il n’y a donc pas de modification de la flore intestinale, comme c’est le cas lorsqu’on utilise des antibiotiques pendant trois semaines, c’est-à-dire toute la durée d’un protocole classique. C’est un avantage considérable. L’on n’assiste pas non plus au développement de «résistances» fréquemment observées avec l’usage du métronidazole et de l’amoxicilline. Enfin, il est important de noter que la formulation H. Pylori Fight ne provoque pas d’épisodes diarrhéiques ni de troubles du goût, contrairement aux antibiotiques qui, en outre, ne sont pas des produits spécifiques pour lutter contre Helicobacter pylori.

Quels avantages par rapport aux autres souches de probiotiques?

Il y a un triple avantage à utiliser cette souche par rapport à d’autres:

Le produit est parfaitement stable, y compris à température ambiante, car il est composé de cellules inactivées et rendues résistantes aux fluctuations de l’environnement.
La souche isolée est la seule à présenter une spécificité totale vis-à-vis d’Helicobacter pylori, mais, en réalité, elle va bien au-delà de cette spécificité, puisqu’elle soulage aussi de l’inconfort gastrique chronique, de certaines formes de vomissements, des douleurs gastro-intestinales, des remontées acides, des nausées d’origine digestive, des digestions lentes ou douloureuses, des ballonnements, des crampes et des brûlures.
La souche peut résister à l’acidité du milieu stomacal.

Les propriétés de Lactobacillus reuteri ont fait l’objet de deux études chez l’homme: l’une testée face à un placebo pendant deux semaines avec 250 mg/jour, l’autre testée à l’aveugle (c’est-à-dire que les participants ne savaient pas s’ils prenaient le probiotique ou le placebo), aux mêmes doses. Dans les deux cas, les chercheurs ont constaté une diminution significative de la charge toxique d’Helicobacter pylori chez des sujets présentant une infection.

L’ensemble de ces bienfaits sur la sphère digestive font de H. Pylori Fight un supplément nutritionnel incontournable pour améliorer les troubles de l’estomac et prévenir les maladies associées à Helicobacter pylori. Il s’agit d’un des rares traitements naturels pour éradiquer les infections à Helicobacter pylori.

Une fois la bactérie éradiquée, la ré-infection est rare. Le traitement peut donc être considéré comme définitif, mais, pour faire bonne mesure, il peut être prolongé par la formule Digestive Enzymes, pour faciliter la digestion, et le supplément naturel Mastic Gum, pour protéger la muqueuse gastrique d’éventuelles futures infections.

Le conseil de santé naturelle
En plus des traitements conventionnels, une supplémentation en Lactobacillus reuteri, un probiotique inhibiteur d’Helicobacter pylori, a la capacité de renforcer barrière épithéliale et de contribuer à accélérer sa réparation. Puisqu’il combat l’Helicobacter pylori, le produit s’appelle, tout simplement, « H. Pylori fight ».
 
En résumé
H. Pylori Fight, c’est le traitement naturel contre Helicobacter pylori.

Il contient un probiotique capable de neutraliser Helicobacter pylori (Lactobacillus reuteri).
Il soulage les remontées acides, les maux d’estomac, les ulcères et l’inconfort gastrique chronique.
Il lutte contre une infection très répandue qui est une cause secondaire du cancer de l’estomac.

 
Se procurer H. Pylori Fight