La Vie et La Santé Naturelles: Et si vous entriez dans un nouvel Art de Vivre!
La Vie et la Santé Naturelles
La Santé de chaque être humain dépend en premier lieu ... de lui-même!
Panneau de contrôle
Accueil | Accès clients | Créer un compte | Affichez le flux RSS de La Vie et la Santé Naturelles
Aide vidéo :   S'inscrire sur le site | Passer une commande
Newsletter
Restez informé de nos nouveautés et suivez notre actualité

A quoi ça sert?ActualitésAliments BénéfiquesArticles ChoisisAstuces de Santé NaturelleBeauté NaturelleBiologie & science de la vieCompléments AlimentairesConnaissance du CorpsDestructeurs de SantéEquilibre Acido-BasiqueFruits & Légumes BénéfiquesHygiène InterneLivres de Santé NaturellePlantesPréventionProduits Anti-ÂgeProduits de SantéProtectionsSanté PsychiqueSe soigner soi-mêmeSites PartenairesSubstances Naturelles BénéfiquesTeinturesTextes FondamentauxThérapies NaturellesVitamine C
Produits Anti-Âge
 Astragaloside IV
 Chélation Orale
 CycloAstrogénol
 Epitalon Longue vie
 Incontournables
 La Bacopa
 La PQQ
 La Saikosaponine A
 NMN & NAD+
 Nicotinamide Riboside
 Smart Eyes
 Soigner sa prostate
 
.
Comment inverser le vieillisement?
Trouver un moyen d’arrêter le processus du vieillissement est un rêve transgénérationnel. Ce rêve est en passe de devenir réalité depuis que des scientifiques australiens et américains pensent avoir trouvé un moyen, non pas d’appuyer sur le bouton «pause», mais bien de carrément "rembobiner le processus"!

Le nicotinamide mononucléotide (NMN) est un précurseur de la biosynthèse de NAD+ (nicotinamide adénine dinucléotide) et de NADH qui est est un co-enzyme présent dans toutes les cellules et qui aide les enzymes à transférer les électrons pendant les réactions d’oxydoréductions du métabolisme de formation de l’AT. Cette nouvelle substance ne doit pas être confondue avec d’autres déjà présentes sur le marché, comme le nicotinamide riboside (NR), même si certaines propriétés leur sont communes, au niveau des gènes en particulier. Le NMN est, à cet égard, beaucoup plus puissant que le NR.
Les cellules, et donc l’être humain, ne peuvent tout simplement pas vivre sans NAD+.

La mort des cellules résultant de maladies se produit lorsque la réserve de NAD+ est épuisée. Le NAD+ sert à la communication entre les cellules, de sorte que son absence désorganise complètement l’organisme.

 


Qu’est-ce que le NAD+?

Le NAD+ est un co-enzyme d’oxydo-réduction présent dans toutes les cellules vivantes. Il se compose de deux nucléotides reliés par leur groupe phosphate. Un nucléotide contient une adénine, l’autre un nicotinamide. Il aide les enzymes à transférer les électrons durant les réactions d’oxydoréduction pour former de l’ATP. Il sert donc à fournir de l’énergie, mais son taux diminue de plus de moitié dans les cellules d’un organisme âgé. Les mitochondries produisent moins d’énergie et la cellule vieillit. Heureusement, ce processus n’est pas irréversible et les mécanismes énergétiques intercellulaires peuvent être rétablis si l'on augmente les niveaux de NAD+.

De plus, le NAD est un co-facteur essentiel des enzymes clefs de la longévité, appelées sirtuines, qu’il active directement. Ces sirtuines sont fondamentales pour l’espérance de vie, car elles désactivent certains gènes conduisant au vieillissement via le processus inflammatoire.

Ainsi, la baisse des sirtuines 1 et 3, associée à celle du NAD+, peut entraîner des phénomènes de dégénérescence cérébrale, de l’inflammation vasculaire, de la fatigue, une perte de force musculaire, un stockage de graisses au niveau hépatique et abdominal et une résistance à l’insuline conduisant directement au syndrome métabolique.

L’ensemble de ces phénomènes peut donc être inversé avec la restriction calorique ou avec une supplémentation avec le nicotinamide mononucléotide.


Comment le NAD+ peut contribuer au rajeunissement

Le NAD+ est l’élément que les cellules utilisent pour fabriquer l’ATP (Adénosine Tri-Phosphate), la molécule qui apporte le "carburant" nécessaire à l'entretien de la vie. Au fil des années les cellules accumulent des déchets et des toxines résultant de leur propre fonctionnement, mais aussi et surtout de l’environnement ou de maladies.

Ces déchets encombrent toujours plus les cellules et les empêchent de fabriquer le NAD+ à partir de la nourriture apportée par la digestion, et les cellules fabriquent donc de moins en moins d’énergie. C’est un processus qui conduit à la mort des cellules et donc du corps qu'elles constituent, car moins la cellule dispose d’énergie, moins elle peut évacuer de déchets, et moins elle peut fabriquer d’énergie, ce qui fait que, par défaut d’énergie, elle finit, tout simplement, par mourir.

Grâce à un apport de NMN, précurseur du NAD+, la cellule, pour pouvoir en disposer, n’a plus besoin de le fabriquer, et peut donc directement l’utiliser pour générer de l’énergie, alors disponible pour fonctionner et se débarrasser des déchets et toxines accumulés.

Le NAD+ permet aux cellules âgées de redémarrer en obtenant très facilement de l’énergie, et ensuite de se nettoyer des déchets et toxines qui, au fil des ans, l’ont encombrée, pour ensuite de fonctionner comme lorsqu’elles étaient jeunes.

L'intérêt est ici que la supplémentation en NMN n'a pas besoin d'être permanente. En effet, c'est comme pour les souris qui rajeunissent en une semaine, la prise de grosses doses de NMN visant à l'apport de doses importantes de NAD+ n’a pas besoin d’être continue, mais il suffit qu'elle soit ponctuelle, puisque, déjà, au cours de l'époque de la prise, les cellules vont avoir plein d’énergie leur permettant de se nettoyer et de s'auto-réparer, et donc de retrouver leur état de jeunesse, leur rendant possible de pouvoir, de nouveau, fonctionne à pleine puissance.


Des essais expérimentaux porteurs d’espoirs pour contrecarrer le vieillissement

Le NMN a fait l’objet d’une expérimentation conduite à la Harvard Medical School par le Professeur David Sinclair. Elle a été menée sur des souris et a permis d’obtenir des résultats cliniques impressionnants, qui pourraient donner naissance à de nouveaux traitements contre le vieillissement et les maladies liées à l’âge (cancer et diabète de type 2).

Le Pr Sinclair et ses collaborateurs ont injecté cette substance rare à des souris âgées de deux ans. Ils ont constaté, après une semaine seulement de traitement, des améliorations impressionnantes au niveau musculaire (réduction de l’atrophie musculaire), une amélioration de la résistance à l’insuline et une baisse de l’inflammation qui rendaient ces souris impossibles à distinguer des jeunes animaux. Le Dr Nigel Turner, pharmacologue à l’Université australienne NSW, a ainsi affirmé: «C’est comme si un homme de soixante ans était semblable à un jeune homme de vingt ans sur certaines mesures.» Et le Pr Sinclair d’ajouter: «Si ces résultats se tiennent, le vieillissement peut être une condition réversible, s’il est traité rapidement».

Voir une vidéo (anglais) de présentation de ses recherches par le Dr David Sinclair


Rétablir la communication entre les mitochondries et le noyau cellulaire

Les mitochondries sont au centre du problème. Lorsqu’elles ne communiquent plus harmonieusement entre elles et avec le noyau cellulaire, c’est un peu comme si les cellules se trouvaient dépourvues de leur batterie énergétique, leur noyau cellulaire s’atrophie et le vieillissement apparaît inéluctablement.
Pour le Pr David Sinclair, «Le processus de vieillissement est comme un couple marié – quand les époux sont jeunes, ils communiquent bien, mais au fil du temps, la communication se rompt. Et, tout comme dans un couple, la restauration de la communication a résolu le problème».
Ainsi, pour ce chercheur, le déclin de la fonction et de la communication mitochondriales est un phénomène réversible! Il explique que le NAD+ est le pilier central de la communication cellulaire. Celui-ci décroît fortement avec l’âge et, pour éviter sa perte, l'on ne connaissait, à ce jour, que l’exercice physique intense ou la restriction calorique.
Dans leur rapport publié dans la revue Cell, les chercheurs ont ainsi clairement établi que l’injection de NMN chez l’animal se transforme en NAD afin de réparer les canaux de communication altérés dans un temps très court, soit moins d’une semaine.
Le rapport d’activité établi par par le Pr Sinclair, qui fut à l’origine des études sur le resvératrol, a mis en évidence que le NMN est capable d’activer l’ensemble des sept gènes SIRT impliqués dans l’accroissement de la longévité.
Le Pr Sinclair considère donc que le nicotinamide mononucléotide est à l’origine d’une nouvelle classe de «superdrug» qui pourra prévenir le cancer (via l’inhibition de HIF-1, une molécule qui interfère dans la communication intracellulaire et joue un rôle dans le cancer) ou la maladie de Parkinson et permettra d’augmenter l’espérance de vie jusqu’à cent cinquante ans!
Le NMN, précurseur du NAD+, apparait donc, pour qui veut vivre jeune et longtemps, comme un précieux complément à l'Epitalon.

Une aide spécifique en cas de diabète de type 2

Le NMN permet donc d’allonger l’espérance de vie, mais est aussi prometteur dans le traitement du diabète de type 2. Cette affection dégénérative est étroitement liée à la surconsommation de calories et de graisses qui submergent les voies métaboliques adaptatives. Les études déjà réalisées sur cette substance montrent que le NMN améliore la tolérance au glucose en rétablissant les taux de NAD+ chez les souris. Il améliore la sensibilité à l’insuline au niveau hépatique, restaure l’expression des gènes liés au stress oxydatif, la réponse inflammatoire et le rythme circadien en activant SIRT1.

Durant un colloque sur la biologie du vieillissement organisé par la fondation médicale Ellisson, le Dr Shin-Ichiro Imai a démontré que les sirtuines sont nécessaires pour que la restriction calorique puisse améliorer l’activité de l’orexine, une hormone du cerveau qui augmente la sensibilité des cellules à l’insuline et prévient l’augmentation de la graisse corporelle. Mais les sirtuines seules ne suffisent pas et pour que ces processus bénéfiques se mettent en place, le NAD+ cellulaire doit également être présent. Seulement, ce dernier décline à la fois avec l’âge et avec un régime riche en lipides.
La bonne nouvelle, annoncée par le Dr Imai, est que chez les souris ayant reçu du NMN, les chercheurs ont constaté une augmentation de la synthèse de NAD+, ce qui suggère que le NMN pourrait être un traitement potentiel pour le diabète de type 2.

Doses recommandées

Le NMN, précurseur du NAD+ est donc nécessaire pour générer de l’énergie pour les cellules. Il n'y a pas de réel risque de surdosage. Plus on en prend, plus il y a d’effets réparateurs sur les cellules âgées.

Pour obtenir des effets comparables à ceux obtenus par le Docteur Sinclair sur les souris en une semaine, un adulte a avantage à prendre une dose moyenne de 50 mg de NMN par jour, pendant 1 mois.

Le nicotinamide mononucléotide, à la dose moyenne de 50 mg journaliers, soit 5 gélules par jour, pourrait donc permettre, chez l’être humain comme chez la souris, d’effectuer une réversion du processus naturel du vieillissement. Selon le Professeur Sinclair, cette substance agit rapidement et pourrait aussi profiter aux personnes jeunes et en bonne santé.

 

Au sujet de cette découverte un journaliste scientifique de "Science et Avenir" écrit:

"Une souris décatie, en fin de vie, qui retrouve subitement sa vigueur, les muscles de sa prime jeunesse et des artères de souriceau. Non seulement son vieillissement semble stoppé mais, encore plus extraordinaire, inversé. Demain, chez l’être humain? C’est l’objectif avoué du professeur David Sinclair, de l’école médicale de Harvard (Boston, États-Unis), et de son équipe. En donnant à une souris de deux ans une molécule spécifique, du NAD, ils sont parvenus à rajeunir ses muscles, leur conférant la qualité de ceux d’une souris de 6 mois. Comme si une personne de 60 ans retrouvait d’un coup la vitalité et la musculature de ses 20 ans!"

 

Lire la suite de l'article sur le NAD+ dans "Sciences & Avenir"

(Une fois sur le site, taper "NMN" ou "nicotinamide" dans la case "rechercher".)

;