La Vie et La Santé Naturelles: Et si vous entriez dans un nouvel Art de Vivre!
La Vie et la Santé Naturelles
La Santé de chaque être humain dépend en premier lieu ... de lui-même!
Panneau de contrôle
Accueil | Accès clients | Créer un compte | Affichez le flux RSS de La Vie et la Santé Naturelles
Aide vidéo :   S'inscrire sur le site | Passer une commande
Newsletter
Restez informé de nos nouveautés et suivez notre actualité

A quoi ça sert?ActualitésAliments BénéfiquesArticles ChoisisAstuces de Santé NaturelleBeauté NaturelleBiologie & science de la vieCompléments AlimentairesConnaissance du CorpsDestructeurs de SantéEquilibre Acido-BasiqueFruits & Légumes BénéfiquesHygiène InterneLivres de Santé NaturellePlantesPréventionProduits Anti-ÂgeProduits de SantéProtectionsSanté PsychiqueSe soigner soi-mêmeSites PartenairesSubstances Naturelles BénéfiquesTeinturesTextes FondamentauxThérapies NaturellesVitamine C
Textes Fondamentaux
 Aphorismes d'Hippocrate 1
 Aphorismes d'Hippocrate 2
 Aphorismes d'Hippocrate 3
 Conseils de Linus Pauling
 Consentement éclairé
 La Troisième Médecine
 Le mauvais Pasteur
 Serment canadien
 Serment d'Hippocrate
 Serment des Médecins
 Quatre Règles d'Or
 

Les Aphorismes d'Hippocrate

Section 2

 

1

La maladie dans laquelle le sommeil cause quelque dommage est mortelle; mais si le sommeil procure de l'amélioration, elle n'est pas mortelle.

2

Quand le sommeil apaise le délire, c'est bon.

3

Le sommeil et l'insomnie prolongés l'un et l'autre outre mesure, c'est mauvais.

4

Ni la satiété, ni la faim, ni quelque autre chose que ce soit ne sont bonnes, si elles dépassent les limites naturelles.

5

Les lassitudes spontanées présagent les maladies.

6

Chez ceux qui ont quelque partie du corps attaquée d'une maladie douloureuse, et qui le plus habituellement ne ressentent pas leurs douleurs, l'esprit est malade.

7

Il faut réparer lentement les corps qui ont mis longtemps à dépérir, et vite ceux qui ont dépéri en peu de temps.

8

Au sortir d'une maladie, avoir de l'appétit et le satisfaire sans prendre de forces, est une preuve qu'on use de trop de nourriture; mais si la même chose arrive quand on mangé salis appétit, il faut savoir qu'une évacuation est nécessaire.

9

Quand on veut purger les corps, il faut rendre les voies faciles et les humeurs coulantes.

10

Plus vous nourrirez un corps rempli d'impuretés, plus vous lui nuirez.

11

Il est plus facile de réparer [les forces] avec des boissons [alimentaires] qu'avec des aliments solides.

12

Dans les maladies, ce qui reste [des humeurs nuisibles] est une source habituelle de récidive.

13

Quand la crise arrive, la nuit qui précède le paroxysme est laborieuse; celle qui suit est ordinairement plus calme (23).

14

Dans les flux de ventre, les changements dans les excréments sont avantageux, à moins qu'ils ne se fassent en mal.

15

Quand le pharynx est malade et quand des abcès apparaissent sur le corps, il faut examiner les excrétions, car si elles sont bilieuses, le corps participe à la maladie [et il ne faut pas donner d'aliments]. Si elles ressemblent à celles des gens en santé [le corps n'est pas malade et] l'on peut nourrir le corps en sûreté.

16

Quand il y a privation d'aliments, il ne faut pas fatiguer.

17

Quand on a ingéré plus d'aliments qu'il ne convient naturellement, cela cause une maladie; la guérison le prouve.

18

Le résidu des aliments qui sont promptement et complètement assimilés, est promptement éliminé.

19

Dans les maladies aiguës, les pronostics de guérison ou de mort ne sont pas toujours infaillibles.

20

Ceux qui ont les cavités humides quand ils sont jeunes, les ont sèches quand ils vieillissent. Ceux, au contraire, dont les cavités sont sèches quand ils sont jeunes, les ont humides quand ils vieillissent.

21

Le vin pur apaise la faim [canine].

22

Toute maladie qui vient de réplétion, la déplétion la guérit; toute maladie qui vient de déplétion, la réplétion la guérit; et pour les autres, leurs contraires.

23

Les maladies aiguës se jugent en quatorze jours.

24

Le quatrième jour est indicateur des sept ; le huitième est le commencement d'un second septénaire; le onzième est théorète, car il est le quatrième du second septénaire; le dix-septième est également théorète, car il est le quatrième après le quatorzième, et le septième après le onzième.

25

Les fièvres quartes de l'été sont ordinairement de peu de durée; celles de l'automne sont longues, surtout celles qui se déclarent aux approches de l'hiver.

26

Il vaut mieux que la fièvre vienne à la suite d'un spasme que le spasme à la suite de la fièvre.

27

Il ne faut pas se fier aux améliorations qui ne sont pas rationnelles, et ne pas non plus trop redouter les accidents fâcheux qui arrivent contre l'ordre naturel ; car le plus souvent [ces phénomènes] ne sont pas stables [et n'ont pas coutume ni de persister, ni de durer longtemps].

28

Dans les fièvres qui ne sont pas tout à fait superficielles (légères), il est fâcheux que le corps reste dans son état ordinaire et ne perde rien, ou qu'il maigrisse plus qu'il n'est dans l'ordre naturel. Le premier cas présage la longueur de la maladie, le second indique de l'asthénie.

29

Quand les maladies débutent, si l'on juge à propos de mettre quelque chose en mouvement, qu'on le fasse; mais quand elles sont à leur apogée, il vaut mieux laisser en repos.

30

[Car] au commencement et à la fin [des maladies], tout est plus faible; mais à leur apogée tout est plus fort.

31

Au sortir d'une maladie, bien manger sans que le corps profite, c'est fâcheux.

32

Ceux qui, entrant dans une convalescence incomplète, commencent par manger avec appétit sans profiter, finissent le plus souvent par perdre l'appétit. Mais ceux qui ont d'abord un défaut très prononcé d'appétit et le recouvrent ensuite, se tirent mieux d'affaire.

33

Dans toute maladie, conserver l'intelligence saine et prendre volontiers les aliments qui sont offerts, c'est bon; le contraire est mauvais.

34

Dans les maladies, il y a moins de danger pour ceux dont la maladie est surtout conforme à leur nature, à leur âge, à leur constitution, et à la saison, que pour ceux dont la maladie n'est pas en rapport avec quelqu'une de ces choses.

35

Dans toutes les maladies, il est avantageux que [les parois de] la région ombilicale et du bas-ventre conservent de l'épaisseur. Il est fâcheux qu'elles soient affaissées et émaciées; ce dernier cas n'est pas favorable pour purger par en bas.

36

Ceux qui ont le corps sain et qui prennent des médicaments purgatifs, perdent bientôt leurs forces. Il en est de même de ceux qui [se purgent lorsqu'ils] usent d'une mauvaise nourriture (35).

37

Il est mauvais de donner des médicaments purgatifs à ceux qui se portent bien (36).

38

La boisson et la nourriture un peu inférieures en qualité, mais plus agréables, doivent être préférées à celles de meilleure qualité, mais qui sont moins agréables.

39

Les vieillards sont en général moins sujets aux maladies que les jeunes gens; mais les maladies chroniques qui leur surviennent ne finissent le plus souvent qu'avec eux.

40

Les enrouements (bronchites) et les coryzas n'arrivent pas à coction chez les personnes très âgées.

41

Ceux qui éprouvent de fréquentes et complètes défaillances, sans cause apparente, meurent subitement.

42

Résoudre une apoplexie, quand elle est forte, est impossible; quand elle est faible, ce n'est pas facile.

43

Les pendus détachés de la potence, quand ils ne sont pas encore morts, ne reviennent pas à la vie s'ils ont de l'écume à la bouche.

44

Ceux qui sont naturellement très gros sont plus exposés à mourir subitement que ceux qui sont maigres.

45

Les changements, surtout ceux d'âge, de lieux, d'habitudes de vie, opèrent la guérison des épileptiques quand ils sont jeunes.

46

Deux souffrances survenant en même temps, mais sur des points différents, la plus forte fait taire la plus faible (38).

47

Au moment où le pus va se former, la douleur et la fièvre sont plus intenses qu'après sa formation.

48

Dans tout mouvement du corps, quand on commence à se fatiguer, se reposer soulage immédiatement.

49

Ceux qui sont accoutumés à supporter des travaux qui leur sont familiers, les supportent plus facilement, quoique faibles ou vieux, que ceux qui n'y sont pas habitués, quoique forts et jeunes.

50

Les habitudes de longue date, quoique mauvaises, sont ordinairement moins nuisibles que les choses inaccoutumées; il faut donc changer quelquefois [ses habitudes] en des choses inaccoutumées.

51

Évacuer ou remplir, échauffer ou refroidir beaucoup et subitement, ou mettre le corps en mouvement de quelque autre manière que ce soit, est dangereux; car tout ce qui est excessif est contraire à la nature; mais ce qui se fait peu à peu n'offre aucun danger [dans les choses accoutumées], et surtout quand on change une chose en une autre.

52

Quand on agit d'une manière rationnelle et que les résultats ne sont pas ce qu'on avait droit d'attendre, il ne faut pas passer à autre chose, si le motif (l'indication) qui faisait agir dans le commencement subsiste.

53

Ceux qui ont les cavités humides quand ils sont jeunes se rétablissent plus facilement d'une maladie que ceux qui les ont sèches; mais dans la vieillesse ils se rétablissent plus difficilement, car, le plus souvent, leur ventre se sèche en vieillissant.

54

Une taille élevée et noble n'est pas disgracieuse dans la jeunesse, mais dans la vieillesse, elle est incommode et plus désavantageuse qu'une petite.


Source: http://fr.wikisource.org/wiki/Aphorismes_%28Hippocrate%29/Section_1

License CC: http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr


;